Deuil Périnatal: Témoignages...

Publié le par Claire / Jellylorum



Le deuil périnatal est un sujet qui me touche de très près puisque j'ai vécu 3 fausses couches moi même, et je suis toujours horrifiée de voir la manière dont on traite les femmes vivant cette douleur. Bien souvent, elles ne sont pas entendu, on refuse de leur accorder le droit de deuil. Elles vivent dans une grande souffrance, et bien souvent, des années plus tard, ne se sont toujours pas donné le droit de vivre ce deuil.
Cela fait bien longtemps que je souhaite faire un long article avec des témoignages de femmes ayant vécu un deuil périnatal. Une fausse couche, un ivg, une img, une GEU, un bébé né trop tot, ou mort in utéro, voir à la naissance. Tous ces deuils sans nom, ces morceaux de coeur qu'on nous arrachent et qu'on doit taire, car après tout "tu en auras d'autres", "c'est mieux comme ca"....
Ce que j'aimerais, c'est retranscrire la parole des femmes, ce qu'elles ont ressenti et vécu dans leur chair et dans leur coeur, la façon dont l'entourage a perçu ce deuil...
Qu'on puisse laisser notre douleur et nos cris sortir.

Voici donc le premier texte, celui ci est le mien, à moi d'ouvrir la voie... Si vous souhaitez participer et que je publie le votre, n'hésitez pas à me contacter. Le témoignage peut prendre la forme que vous souhaitez, une lettre au bébé, l'histoire de ce qu'il s'est passé ou simplement le ressenti, un dessin, une photo... Peu importe. 
Brisons la loi du silence...

PS: j'aimerais publier sur le blog un  témoignage toutes les semaines ou tous les 15 jours, n'hésitez pas à m'envoyer les votres. Et il est possible que lors des Journées des Doulas 2009, sur le thème de la parole des femmes, certains soient lus.


Lettre à toi,  mon bébé de juillet 2001 dont je tairais le nom...

Tu es arrivé par surprise, juste deux bandes bleues et tu étais là... Et tout de suite, on nous a félicités. Tout de suite, on m’a traité comme une chose fragile. Parce que tu étais logé au creux de moi. Et tout de suite, je t’ai aimé, je t’ai su, je t’ai imaginé.
Si j’hésitais, on me disait « mais si, tu attends un bébé ! ». En ces temps là, ces temps de joie, tu étais un bébé.

Et puis, tu es parti, rêve éveillé, rêve envolé…
Tu es mort très vite au creux de moi, là ou tu aurais du grandir, là ou j’aurais du te protéger, et on a vu notre futur basculer. Plus rien n’était pareil, tout devait être réinventé. Comme avant toi. Mais l’avant toi n’existe plus, nous sommes l’après toi… Tu n’es resté qu’un peu plus de deux moi dans mon ventre, mais tu m’as transformée, tu m’as faite mère. Puis douleur…
Comment accepter, comment continuer et faire comme si tu n’avais jamais existé ?
Parce que très vite, ceux qui disaient être là pour moi ne me soutiennent plus. Ma souffrance dérange.
Il parait que c’est mieux comme ça, que c’est mieux maintenant… Mais non, c’est mieux jamais !! Comment peut-on me dire ça ??
Comment peut-on me dire que j’en aurais d’autres, moi qui suis encore emplie de toi, de ta présence, de ton amour, de tous nos rêves ?
On me disait que j’attendais un bébé, et aujourd’hui, les mêmes me disent que je dois passer à autres choses puisque tu n’en étais même pas encore un ? Ils mentaient au début alors ? Et pour eux, tu étais quoi ???

Très vite, je n’ai plus le droit de te pleurer, je n’ai plus le droit de t’aimer.
Apparemment t’avoir logée dans mon corps « que » deux mois ne me donne pas droit à un deuil puisque pour eux, tu n’es rien…
« Passe à autre chose » « arrête d’y penser » « c’est mieux ainsi, il devait y avoir un problème » « c’était même pas un bébé » « c’est bon maintenant, tu vas pas continuer avec ta fausse couche, y en a marre de ça »…
Tu n'es plus mon bébé, tu es ma fausse couche...

Mais après tout, es-tu venu ? Es-tu parti ? As-tu existé toi que je n’ai pas le droit de nommer ?? Oh, te nommer, te choisir un prénom et le dire à haute voix, t’entendre m’appeler maman… J’y ai pensé des heures durant en caressant ce ventre encore plat que nous partagions alors.

Et aujourd’hui encore, je te pleure, en silence, pour ne pas déranger… Comment leur faire comprendre que l’amour que je ressens pour toi ne s’est pas écoulé de moi avec le sang qui t’a emporté ?


Commenter cet article

mauvaise alaine 14/02/2015 00:19

advertising and *********** with Adwords. Well I'm including this RSS to my email and could look out for a lot more of your respective intriguing content. Make sure you update this again soon..

contre la mauvaise haleine cb12 14/02/2015 00:19

Excellent beat ! I wish to apprentice while you amend your website, how could i subscribe for a blog website? The account aided me a acceptable deal. I had been tiny bit acquainted of this your broadcast offered bright clear idea

high protein diet 11/02/2015 11:33

Hey! This is kind of off topic but I need some guidance from an established blog. Is it very hard to set up your own blog? I'm not very techincal but I can figure things out pretty fast. I'm thinking about creating my own but I'm not sure where to start. Do you have any ideas or suggestions? Many thanks

protein diet plan 11/02/2015 11:33

wonderful post, very informative. I wonder why the other experts of this sector don't notice this. You should continue your writing. I'm sure, you have a huge readers' base already!

Titia 05/11/2009 14:23


triste récit :(
qu'elle histoire douloureuse, que j'ai vécu tant de fois...
je comprend trop ta peine ! Je suis en ce moment en train de vivre ma 5ème fausse couche ! Pour la médecine, c'est pas grave, s'en est limite une fatalité dans mon cas...
ma fille mon miracle mon combat , nous envisageons une nouvelle grossesse avec mon ami, je sens que le bout du tunnel est encore loin...
courage ! le temps passe mais la peine est toujours la..